Mois : avril 2017

Benoît XVI, qui fête dimanche ses 90 ans, est «lucide» mais affaibli

Celui qui a renoncé à sa charge de pape il y a un peu plus de quatre ans, «n’a aucune intention d’entrer dans des diatribes» qui l’opposeraient à son successeur. Dimanche, jour de Pâques, Benoît XVI doit fêter ses 90 ans. Selon son secrétaire particulier, Mgr Georg Gänswein, qui l’assiste dans la maison située dans […]

Baptême de l’adrénaline

La vie, c’est pas du gâteau, disait Mano Solo. Il avait tort : la vie, c’est un cheesecake, doublé d’un fondant au chocolat, triplé d’une charlotte aux fraises, avec deux boules vanille et supplément chantilly ! Et il y a peu, je m’en suis offert une bonne tranche : je me suis offert un vol […]

À voix haute, la force de la parole: la parole du «93» est d’or

Source Figaroscope

Enfin un film positif dont les héros sont des jeunes de banlieue! Avec À voix haute, la force de la parole, Stéphane de Freitas et Ladj Ly dévoilent un pan méconnu de la Seine-Saint-Denis. Ils ont suivi un groupe d’étudiants en lice pour le concours du «meilleur orateur du 93», initié par l’association Eloquentia que le premier a créée il y a cinq ans.

«Ce film donne une image qui va à contre-courant des images véhiculées habituellement sur les banlieues, précise Stéphane de Freitas. Il y a 50.000 étudiants sur un petit périmètre pour moitié à l’université de Saint-Denis et l’autre à celle de Villetaneuse.» Mu par un esprit «militant» et sa passion du cinéma, pour son premier long-métrage, le trentenaire s’est penché sur une réalité qu’il connaît bien.

«Au début, on a commencé par trente ou quarante personnes dans les amphithéâtres pour arriver à 1200 participants au concours jusqu’à essaimer à Nanterre, Grenoble et Limoges», s’enthousiasme cet adepte de Raymond Depardon et d’Orson Welles. La clef de cet engouement selon lui: les bénévoles, professeurs et animateurs qu’il filme défendent les mêmes valeurs: «Le respect des opinions, l’écoute active, c’est-à-dire le questionnement, et la bienveillance. Bien sûr, il y a de la violence et tout ne va pas bien dans les banlieues, mais la plupart des jeunes essaient d’appartenir au système républicain.»

De vraies tranches de vie

Stéphane de Freitas a partagé la caméra, il explique: «Ladj Ly tournait caméra au poing, moi, j’ai essayé d’ajouter de l’artistique et de la poésie. Avec Eloquentia qui regroupe un atelier d’art, de vidéos et d’images, il y avait quelque chose d’unique et de concret nous avons saisi de vraies tranches de vie.»

Désireux de rester dans la sincérité, Stéphane de Freitas a suivi dix «personnages» : des étudiants qui ont «brisé leur carapace, se sont révélés progressivement au fil du concours ou sont allés jusqu’au bout». Touché par son engagement, le producteur Harry Tordjman l’a encouragé, puis France 2 a contribué au budget d’une œuvre qui aura nécessité cinq mois de tournage et dix mois de montage.

Les jeunes ont applaudi le film. «Ils se sont sentis respectés», raconte Stéphane de Freitas. Cet ancien basketteur professionnel avait déjà tourné des clips conceptuels. Né aux Lilas (93), d’un père garagiste et d’une mère qui aide ce dernier à faire les comptes, il a fait des études de droit et une école de commerce avant de se consacrer à son amour du 7e art.

À voix haute, la force de la parole Documentaire de Stéphane de Freitas et Ladj Ly.

Avec.: Eddy Moniot, Elhadj Touré, El Hadj…

Durée: 1 h 38.

Baselitz réinterprète le motif final avec une maestria stupéfiante

Source Figaroscope

Déjà, à la 56e Biennale de Venise, en 2015, Georg Baselitz avait créé l’émotion à l’Arsenal avec ses huit grandes toiles magistrales qui plongeaient la fin de l’exposition «All The World’s Futures» du commissaire nigérian Okwui Enwezor dans les ténèbres de Don Juan. Ces spectres roses, nus, où les taches jaunes, bleu clair, mauves, vert mousse évoquaient la décomposition et le renouveau, étaient les héritiers contemporains des danses macabres et des allégories médiévales. Ces huit portraits renversés, hauts de 5m, étaient aussi des autoportraits du grand peintre allemand, ogre à voix d’opéra et à l’œil bleu myosotis, qui, en basculant le sujet ou le motif, a forgé sa signature guerrière. Not Falling off the Wall, Lost and Gone Forever, No Pope is Avignon, les titres de ces géantes renvoient au cycle intitulé «Avignon» dans lequel Baselitz abordait la question de l’œuvre tardive et de la vieillesse. L’ogre qui sculpta à la hache un hommage rude au Penseur de Rodin se référait à un fait historique: le refus par la Ville d’Avignon de la donation d’une série d’œuvres tardives de Picasso. À quoi sert de vieillir si ce n’est à s’emparer de la liberté?

«Entre moi et moi-même»

«Le champ thématique de mon travail s’est fortement réduit au cours des dernières années. L’important est que je me suis de plus en plus isolé dans ma peinture. Je me suis de plus en plus replongé en moi-même pour en tirer tout ce que je fais. Je vis avec d’anciens catalogues, avec de vieilles photos et ne fais rien d’autre. Je peins entre moi et moi-même et sur nous deux. Voilà. Et de temps en temps, quelqu’un comme (le peintre expressionniste Otto) Dix, que j’estime beaucoup, vient se joindre à nous», explique le peintre rugissant, à un an de ses 80 ans. Il est né Hans-Georg Kern le 23 janvier 1938 à Deutschbaselitz (Saxe), ville de ce qui deviendra par la suite l’Allemagne de l’Est et qui lui donnera son nom d’artiste. Son père est instituteur. Dans la bibliothèque attenante à l’école, Baselitz découvre des albums de dessins du XIXe siècle, qui constituent son premier contact avec l’art.

Toute cette soif d’art restera chevillée à ce grand corps. Peintre, sculpteur, dessinateur, professeur, collectionneur, érudit et sauvage, il est tout à la fois. Et aussi homme de lucidité et de vérité, même brutale. La série «Descente» qu’il dévoile à Pantin a cette force mâle et cette délicatesse profonde du peintre qui se connaît et se libère. Les fonds sont noirs, puis bleu nuit, puis pulvérisés de matière picturale cosmique comme certains portraits d’Edvard Munch. Les corps émaciés sont suaves, rose animal au léger effet de satin, que le pinceau vient écorcher et durcir. Ils descendent l’escalier de la vie, comme Nu descendant un escalier de Marcel Duchamp (1912). Mais l’escalier ressemble plutôt aux géométries vides, gouffres à peine esquissés de Cy Twombly au Centre Pompidou. Dans cette jouissance du vieux peintre, il y a du Monet plongeant sans fin, des années durant, dans la couleur libératrice de ses Nymphéas.

Galerie Thaddaeus Ropac – Pantin. 69, av. du Général-Leclerc, Pantin (93). Tél.: 01 55 89 01 10. Horaires: du mar. au sam., de 10 h à 19 h. Jusqu’au 1er juillet. Catalogue: «Georg Baselitz, Descente», avec l’essai de Florian Illies, fondateur  du magazine «Monopol» (Galerie Thaddaeus Ropac).

Festival de Cannes: neuf courts métrages en compétition

Festival de Cannes: neuf courts métrages en compétition
Festival de Cannes: neuf courts métrages en compétition©AFP/Archives/ LOIC VENANCE

Neuf films, issus majoritairement d’Europe, vont concourir pour la Palme d’or 2017 du court métrage, dans le cadre de la compétition du 70e Festival de Cannes (17-28 mai), ont annoncé mercredi les organisateurs.

La sélection comporte aussi un représentant pour l’Iran, un pour les Etats-Unis, un pour la Chine et un pour la Colombie.

Le comité de sélection a reçu cette année 4.843 oeuvres, soit 165 de moins qu’en 2016.

Les oeuvres sélectionnées, huit fictions et une animation, sont « Pépé le Morse » de Lucrère Andreae (animation, France), « Katto » de Teppo Airaksinen (Finlande), « A Drowning man » de Madhi Fleifel (Royaume-Uni/Danemark/Grèce), « Lunch Time » d’Alireza Ghasemi (Iran), « Across my land » de Fiona Godivier (Etats-Unis), « Koniec widzenia » de Grzegorz Molda (Pologne), « Xiao cheng er yue » de Qiu Yang (Chine), « Damiana » d’Andrés Ramirez Pulido (Colombie) et « Push it » de Julia Thelin (Suède).

Par ailleurs, la sélection Cinéfondation a choisi, pour sa vingtième édition, seize films (14 fictions et 2 animations) venus de 14 pays, parmi les 2.600 présentés cette année par des écoles de cinéma du monde entier.

Les trois prix de la Cinéfondation seront remis lors d’une cérémonie précédant la projection des films primés le vendredi 26 mai.

Le jury des courts métrages et de la Cinéfondation sera présidé cette année par le réalisateur roumain Cristian Mungiu.

12/04/2017 13:24:29 –         Paris (AFP) –         © 2017 AFP

En Inde, l'ubuesque interdiction de vente d'alcool

Lorsque Shailja Singh s’est rendue à son bar favori pour une bière après une bonne journée de travail, elle l’a trouvé fermé, victime d’une prohibition de la Cour suprême indienne qui porte un coup dur au secteur de la restauration.

Au nom de la sécurité routière, la plus haute instance judiciaire d’Inde a interdit toute vente d’alcool à 500 mètres des autoroutes. Un rayon dans lequel se trouvent des milliers de bars, hôtels et restaurants de ville qui servent aussi bien des touristes que des salariés comme Shailja.

Heureusement pour cette jeune femme de 23 ans, la limite des 500 mètres ne couvre que la moitié du parc de bars et de restaurants de Gurgaon, ville satellite de Delhi, où elle a l’habitude de se rendre. Ce qui signifie qu’elle n’a que quelques mètres à parcourir pour trouver un lieu vendant de l’alcool.

Mais, pour les commerces affectés, c’est l’impasse.

« C’est l’une des décisions les plus régressives que j’aie jamais vue », s’agace un investisseur dans un bar qui a dû arrêter de vendre de l’alcool.

« Le Premier ministre parle de faciliter le climat des affaires. Mais dites-nous, pouvons-nous seulement faire des affaires ? Quel message envoie-t-on aux investisseurs étrangers ? Que du jour au lendemain vos investissements peuvent partir en fumée ? », s’énerve cet homme qui a requis l’anonymat.

Beer Café sans bière

Avec sa classe moyenne en pleine expansion, l’Inde constitue un marché prometteur pour l’industrie de l’alcool.

En 2016, les ventes de boissons alcoolisées dans le pays s’élevaient à 40 milliards de dollars, huitième plus gros marché en valeur de la planète. Ce chiffre devrait progresser de 6 % par an au cours des quatre prochaines années, selon une étude d’Euromonitor International.

« Les entreprises de l’alcool, l’industrie du tourisme, avaient toute une stratégie en place lorsqu’elles ont monté leurs business et puis, d’un coup, cette décision de justice est survenue », explique un analyste de Bombay qui n’a pas souhaité être nommé.

« C’était complètement inattendu et ils vont devoir tout repenser », ajoute-t-il.

Depuis l’entrée en vigueur de l’interdiction au 1er avril, les chiffres d’affaires des bars et hôtels concernés plongent. Shahira Khan, responsable d’une enseigne de la chaîne Beer Café à Gurgaon, fait état d’une désertion massive des clients.

« Avant, pendant un jour normal de semaine, nous avions 200 personnes par jour. 250 les week-ends. Maintenant nous n’avons presque personne », relate-t-elle à l’AFP.

« En même temps, pourquoi les gens viendraient-ils ? Il n’y a pas de bière au Beer Café », se lamente-t-elle.

Labyrinthe

Mais l’Inde est aussi la nation de la débrouille (le fameux « jugaad » en hindi) et du contournement de la loi.

Des États, comme le Pendjab ou le Rajasthan, ont ainsi changé des panneaux d’autoroutes pour ces axes soient officiellement désignés comme de simples routes locales, auquel cas l’interdiction ne s’applique plus.

Plus ingénieux encore, des bars et des centres commerciaux situés à proximité des autoroutes ont mis en place des déviations ou des petits circuits tout en virages pour que la distance effectivement parcourue par un véhicule soit au-delà du couperet des 500 mètres.

L’Inde a les routes les plus meurtrières du monde. Près de 150.000 personnes y sont mortes au volant en 2015, dont 6.755 à cause de l’alcool.

Le gouvernement réfléchit à des mesures plus strictes contre les conducteurs en état d’ivresse, avec des peines allant jusqu’à 10.000 roupies d’amende (146 euros) et une peine de prison.

Pour l’investisseur furieux qui a vu ses placements réduits à néants, cette piste serait une solution autrement plus sensée.

« Plutôt que de durcir la loi sur l’alcool au volant, ils préfèrent interdire la vente d’alcool tout simplement. C’est comme dire qu’il y a des violeurs dans la nature et donc que les femmes ne doivent pas sortir dehors », dit-il.

« Dans quelle société vit-on ? »

12/04/2017 06:47:26 –         Gurgaon (Inde), 12 avr 2017 (AFP) –         © 2017 AFP

Kendji Girac contrôlé pour occupation illégale d’un terrain à Nîmes

L’argent accumulée par le jeune chanteur Kendji Girac grâce à ses ventes d’album ne lui a pas donné le goût des palaces. Le gagnant de la troisième saison de The Voice a toujours gardé sa caravane et son style de vie nomade en dépit du succès. Il hérite aussi des inconvénients inhérents à cette vie sur les routes. À Nîmes, l’artiste s’est fait surprendre par une descente de police alors que lui et les siens occupaient visiblement un terrain de façon illégale.

Lors du contrôle de papier, les forces de l’ordre ont été très surprises de trouver l’interprète d’Andalouse. Selon le site Objectifgard.com, le chanteur a été très courtois avec les policiers et leur a promis de quitter les lieux très rapidement. Kendji Girac a dû vraiment partir sur-le-champ. Il n’a pas reçu de traitement de faveur et il aurait pu écoper d’une contravention pour occupation non autorisée d’un lieu appartenant à la mairie.

«C’est vrai que c’est étonnant. Beaucoup de gens se posent la question: comment se fait-il que j’habite encore dans ma caravane? J’aime bien, cela me plaît. C’est mon chez-moi. On ouvre la porte de la caravane, on a le chant des oiseaux, le soleil quand il fait beau l’été. C’est incroyable», s’était justifié le chanteur sur les ondes de RTL. L’argument n’a pas dû convaincre les forces de l’ordre.

Kendji Girac avait triché pour obtenir son permis de conduire

Ce n’est pas la première fois que le chanteur est confronté à la police. Le chanteur a reconnu avoir triché lors d’un examen pour obtenir son Code de la route. Le gérant d’auto-écoles qui avait organisé ce trucage électronique a été condamné. L’artiste s’en sort, lui, comme simple témoin et n’a payé aucune amende.

L’escroquerie avait débuté en 2013. Chaque candidat devait débourser 1000 à 2500 euros pour s’équiper d’un boîtier. Les appareils étaient actionnés par un complice surnommé «Monsieur Abdel», qui écoutait les questions via le téléphone d’un participant. Il faisait vibrer les boîtiers dès que la bonne réponse était donnée par l’examinateur. Le chanteur n’avait pas pris la peine de se déplacer au tribunal.

Fast and Furious 8: un divertissement industriel et bourratif

ll arrive à Fast and furious, 8e du nom, ce qui arrive à bien des gens. Avec le temps, il est devenu riche, puissant, et il a pris de l’embonpoint. Quand le premier film a déboulé sur les écrans, en 2001, c’était un nanar trépidant, avec une minceur de chat sauvage, un petit côté James Dean, une atmosphère de jeunesse fiévreuse et indomptée. Le scénario était rudimentaire, mais on s’en fichait bien, les vraies stars n’étaient pas les acteurs (le défunt Paul Walker, Vin Diesel toujours présent), mais les bolides rutilants aux moteurs trafiqués, dopés à mort, lancés dans la frénésie des rodéos illégaux. Tout cela filmé avec une folle dextérité par Rob Cohen. John Singleton lui a succédé en 2003. Il fallait frapper plus fort.

Fast and Furious 2 s’ouvrait sur une grande course sauvage rameutant des centaines de voitures folles, carrosseries extravagantes, moteurs surexcités, acrobaties rugissantes. Du cinoche du samedi soir, pas fatigant pour les méninges, mais qui vous en mettait plein la vue.

Fast and Furious 3 (2006), partait pour le Japon, mettait de l’exotisme dans les bolides américains en leur faisant découvrir le drifting, qui consiste à dévaler à toute berzingue les routes de montagne des environs de Tokyo. Mais le scénario s’empâtait un peu, il fallait justifier le voyage. Plus de récit, moins de cascades.

Vin Diesel serait-il passé du côté obscur de la force?

Devenue un phénomène quasi planétaire, la série a poursuivi sa course jusqu’à ce huitième bolide, vaste histoire d’espionnage qui se déploie sur plusieurs continents, à la manière d’un James Bond parodique, et met sur les dents tous les services secrets. Nouvelle venue dans la saga, Charlize Theron incarne la méchante, dangereuse terroriste high-tech. Vin Diesel, qui vient juste de convoler avec Michelle Rodriguez, serait-il passé du côté obscur de la force? Les streetracers de jadis sont devenus des agents secrets portant double ou triple masque.

Le début, filmé dans les rues colorées de La Havane, retrouve le côté marginal des débuts. Ensuite, il s’agit de sauver le monde. C’est une affaire de professionnels du grand spectacle. On ira jusqu’au char d’assaut sous la banquise. Les cascades sont luxueuses. L’esprit sympathique. L’intrigue embrouillée à souhait. C’est du divertissement industriel, bourratif mais pas déplaisant.

● Fast and Furious 8 - Bande-annonce

Suède: le suspect de l'attentat reconnaît un acte terroriste

Suède: le suspect de l'attentat reconnaît un acte terroriste
Suède: le suspect de l’attentat reconnaît un acte terroriste©AFP/ Jonathan NACKSTRAND AFP/Archives

Rakhmat Akilov, un Ouzbek aux « sympathies » jihadistes dont les enquêteurs tentent d’identifier les éventuels complices, a reconnu mardi avoir commis l’attentat au camion bélier de Stockholm qui a fait quatre morts et 15 blessés.

Akilov, 39 ans, est soupçonné d’avoir volontairement fauché vendredi après-midi, au volant d’un camion volé, une vingtaine de personnes sur l’artère piétonne la plus fréquentée de la capitale suédoise, à une heure de forte affluence.

Deux Suédoises de 69 et 11 ans, un Britannique de 41 ans et une Belge de 31 ans ont péri dans l’attentat, le troisième en Europe en deux semaines après ceux de Londres (cinq morts) et Saint-Pétersbourg (13 morts). Huit blessés étaient toujours hospitalisés mardi à Stockholm, dont deux dans un état critique.

Interpellé dans l’agglomération quelques heures après la tragédie, Rakhmat Akilov a comparu mardi, à l’issue de sa garde à vue, devant un juge chargé de statuer sur son placement en détention provisoire.

Johan Eriksson, l'avocat du terroriste présumé Rakhmat Akilov, le 11 avril 2017 à Stockholm, en Suède © Jonathan NACKSTRAND AFPJohan Eriksson, l'avocat du terroriste présumé Rakhmat Akilov, le 11 avril 2017 à Stockholm, en Suède © Jonathan NACKSTRAND AFP
Johan Eriksson, l’avocat du terroriste présumé Rakhmat Akilov, le 11 avril 2017 à Stockholm, en Suède © Jonathan NACKSTRAND AFP

Il « reconnaît avoir commis un acte terroriste et accepte son placement en détention provisoire », a déclaré Johan Eriksson, son avocat commis d’office, en présence de son client menotté qui ne s’est pas exprimé, a constaté une journaliste de l’AFP.

L’homme est entré sous escorte dans une salle en sous-sol du tribunal de Stockholm en état de siège, gardé par de nombreux policiers lourdement armés et dont les accès avaient été fermés à la circulation, des mesures de sécurité sans précédent pour la capitale suédoise.

Le visage dissimulé sous une polaire verte, il a été enjoint par la juge Malou Lindblom de se découvrir, ce qu’il a fait. Les cheveux grisonnants, le visage fermé, il était assisté d’un interprète russophone.

La juge a ordonné qu’il soit écroué à l’issue de l’audience qui s’est tenue en grande partie à huis clos à la demande du Parquet. Le mis en cause encourt la prison à vie.

Cet ouvrier du BTP avait été débouté en juin 2016 de sa demande de permis de séjour, présentée en 2014. Il était ensuite entré en clandestinité pour éviter son expulsion.

Père de quatre enfants, il vivait seul en Suède, sans sa famille restée en Ouzbékistan, selon des informations de presse.

‘Ordre’ du groupe État islamique

Les enquêteurs ne laissent quasiment rien filtrer sur les interrogatoires, se contentant de répéter que le suspect affichait « un intérêt pour les groupes extrémistes, dont l’État islamique (EI) ».

Les journalistes attendent le 11 avril 2017 l'arrivée au tribunal de Stockholm de Rakhmat Akilov, le principal suspect des attentats © Jonas Ekstromer TT News Agency/AFPLes journalistes attendent le 11 avril 2017 l'arrivée au tribunal de Stockholm de Rakhmat Akilov, le principal suspect des attentats © Jonas Ekstromer TT News Agency/AFP
Les journalistes attendent le 11 avril 2017 l’arrivée au tribunal de Stockholm de Rakhmat Akilov, le principal suspect des attentats © Jonas Ekstromer TT News Agency/AFP

Rakhmat Akilov était apparu sur les radars du renseignement intérieur mais rien, selon la police, n’indiquait qu’il pouvait commettre un acte violent. Des proches ou des collègues interrogés par la presse ont assuré qu’il n’était pas radicalisé.

Selon les quotidiens Aftonbladet et Expressen, qui citent des sources proches du dossier, il a affirmé au cours de sa garde à vue avoir agi sur « ordre » de l’EI pour venger « le bombardement de la Syrie ». L’attentat n’a toujours pas été revendiqué.

Face aux enquêteurs, il a apporté des éclaircissements sur les raisons de son geste, selon son avocat, mais ce dernier s’est refusé à les rendre publics.

La Suède a commémoré le 10 avril les victimes de l'attentat de Stockholm qui a fait quatre morts © Jonathan NACKSTRAND AFP/ArchivesLa Suède a commémoré le 10 avril les victimes de l'attentat de Stockholm qui a fait quatre morts © Jonathan NACKSTRAND AFP/Archives
La Suède a commémoré le 10 avril les victimes de l’attentat de Stockholm qui a fait quatre morts © Jonathan NACKSTRAND AFP/Archives

Le magazine d’investigation Expo, spécialisé dans la surveillance des mouvements d’extrême droite, a eu accès à son compte Facebook avant sa fermeture vendredi.

Selon Expo, « en ressort une image fragmentée » de Rakhmat Akilov qui a « aimé » une page bouddhiste, une page mormone, affiché son soutien à l’opposant russe Alexeï Navalny mais aussi au Premier ministre Dmitri Medvedev.

En mars 2016, il publie une vidéo condamnant le terrorisme islamiste mais partage des vidéos de propagande à la gloire de l’EI et proclame abondamment son adhésion aux idées du groupe islamiste radical Hizb ut-Tahrir, interdit en Russie.

Ce groupe, qui se dit non-violent et affirme vouloir atteindre ses buts par des moyens pacifiques, cherche à rétablir un califat dans les régions musulmanes de Russie et dans les anciennes républiques soviétiques d’Asie centrale.

Rakhmat Akilov a demandé le remplacement de son défenseur par un avocat « musulman sunnite », une requête rejetée par la justice « faute de raisons valables ».

Le Parquet a par ailleurs annoncé mardi avoir levé la garde à vue d’un homme –un Ouzbek selon la presse– arrêté dimanche dans le cadre de l’enquête. Il reste détenu en vue de son expulsion du territoire pour séjour irrégulier.

11/04/2017 17:22:16 –         Stockholm (AFP) –         © 2017 AFP

Les créations chics de Victoria Beckham arrivent dans les supermarchés

Les créations chics de Victoria Beckham arrivent dans les supermarchés
Les créations chics de Victoria Beckham arrivent dans les supermarchés©AFP/ Bryan R. Smith

L’ancienne Spice Girls devenue créatrice de mode, Victoria Beckham, vend désormais sa très chic ligne de vêtements dans les supermarchés Target, à l’instar de plusieurs designers comme Versace pour H&M et Kate Moss pour Topshop, désireux d’élargir leur clientèle.

Ces portants de supermarchés sont très recherchés par les clients férus de mode mais dont leurs portefeuilles ne permettent pas de fréquenter les boutiques de luxe.

« Normalement je ne fais pas de folie mais cette ligne est INCROYABLE ! », s’est exclamé lundi un blogueur de New York sur Twitter.

La collection « VB x Target » (Victoria Beckham for Target) marque la première incursion de la créatrice de mode dans les rayons de supermarché, avec une collection pour femmes et enfants. C’est la première fois aussi que la Britannique crée une ligne pour enfants, inspirée par sa très élégante fille de 5 ans, Harper.

« Je suis bouleversée par vos réponses », a réagi sur Twitter cette mère de 4 enfants, âgée de 42 ans, femme du célèbre footballeur David Beckham, au lancement de sa collection dimanche. « Merci pour votre patience et désolée pour les frustrations ! »

Après sa campagne de promotion auprès de ses amis, actrices, mannequins et autres célébrités, beaucoup d’articles étaient déjà en rupture de stock sur son site internet mardi.

Ses fans salivent devant les prix abordables –de 6 à 70 dollars et pour la plupart moins de 40 dollars– qui contrastent nettement avec les robes à quatre chiffres ou les hauts à trois chiffres que la créatrice vend d’habitude en prêt-à-porter.

Mais dans un magasin Target de Tribeca à Manhattan, un quartier huppé où beaucoup de clientes ont les moyens de s’offrir la ligne d’origine de Victoria Beckham, certaines émettent des doutes.

« Je suis une grande fan de Victoria Beckham. Mais pas de ça », confie Crystal, qui travaille dans la mode et ne veut pas donner son nom de famille, critiquant les tissus bon marché utilisés.

« Je n’aime pas tout », ajoute son amie et collègue Madeleine, 29 ans, qui finit cependant par trouver une robe à son goût.

« J’adore cet orange qu’elle utilise », affirme au contraire cette habitante de Tribeca qui a déjà chez elle certaines créations originales de Victoria Beckham.

11/04/2017 17:24:21 –         New York (AFP) –         © 2017 AFP