Tout cet argent jeté par les fenêtres

Un meeting à Rome, que j’ai suivi mardi dernier, m’a donné l’opportunité de apprécier de nombreux contenus de marque fournis par de grandes marques. Et en les contemplant, j’ai été sidéré de voir combien certaines marques n’ont pas intégré le principe de base du brand content : nombre des contenus exposés ne montrait effectivement sans intérêt, et ces derniers étaient manifestement voués à être des échecs sur toute la ligne. On ne le dira jamais assez, mais dans une communication du contenu, la qualité est la condition primordiale du succès. Consultez notre site Web pour en savoir plus sur voyage entreprise Rome. En effet, dans une économie de l’attention, il n’y a que les contenus de qualité qui peuvent s’assurer une certaine visibilité. Il faudrait que ces marques réalisent que sur le marché bondé des contenus, l’objectif n’est pas de faire un meilleur contenu que la marque concurrente : les contenus de marque doivent faire face à la totalité des contenus produits, y compris ceux qui sont produits par les médias classiques. Les personnes a le choix entre suivre un contenu de marque ou le dernier film à gros budget, a le choix entre visionner un live de Beyoncé ou le making of d’un festival édifié par Pampers. Par conséquent, les marques se doivent de présenter des contenus à haute valeur ajoutée, et elles ne rencontrent pas toujours le succès. La variété de contenus est déjà tellement étoffée, pour quel motif les individus iraient-ils s’exposer à des contenus de marques ? Seul un très grand stade de satisfaction provoque le bouche-à-oreille. Les contenus estimés comme sans valeur sont assurés de disparaître dans le gigantesque univers prodigieux des contenus fournis chaque jour et qui n’attirent pas l’attention, comme ces centaines de romans qui sont proposés à chaque rentrée et sont un échec. Les marques durant ce colloque à Rome n’ont à l’évidence pas pris acte de cette exigence de valeur ajoutée. Or, celle-ci est d’autant plus importante que pas mal de gens ne présument pas que création de contenus et marques aille de pair, ni qu’elles aient le droit d’en proposer. Elles doivent donc faire leurs preuves, et la qualité du contenu est la meilleure façon de réaffirmer la pertinence de cette évolution de la marque en média.

About the author