PHOTOS. Voyage : ce blogueur chinois a le job le plus cool du monde

PHOTOS. Voyage : ce blogueur chinois a le job le plus cool du monde

En clôture de son parcours des monuments nationaux, Yibo Fan a assisté, le 26 juillet, à l’arrivée du tour de France sur les Champs-Elysées, et au survol de l’arc de Triomphe par la patrouille de France à cette occasion (photo). Le saviez-vous ? 70% des visiteurs de l’arc de Triomphe sont des étrangers. On comprend donc l’intérêt qu’a le CMN à s’adresser à ces derniers sur les réseaux sociaux. Quid de leur accueil une fois sur place ? « On investit. On a un effort à faire sur les langues vivantes, au moins l’anglais. On se prépare car le patrimoine est un atout touristique majeur pour la France », affirme Philippe Bélaval.

(fanyibo7 sur Instagram)

Natation : Aurélie Muller championne du monde du 10 km

Aurélie Muller est devenue championne du monde sur 10 km dames, seule distance olympique en eau libre, lors des Mondiaux-2015 de natation, mardi à Kazan, et s’est qualifiée pour les JO-2016.

La Française âgée de 25 ans s’est imposée en 1 heure 58 minutes 03 secondes 4, devant la tenante du titre européen, la Néerlandaise Sharon van den Rouwendaal (1:58.06.7). Le bronze est revenu à la Brésilienne Ana Marcela Cunha (1:58:26.5)

PKK et Etat islamique, les deux fronts d’Ankara

Fort du soutien de son allié américain, le président islamo-conservateur turc Recep Tayyip Erdogan a encore accru sa pression contre le PKK, la guérilla et les mouvements kurdes en général, alors que s’ouvrait mardi matin à Bruxelles une réunion d’urgence de l’Otan. Son secrétaire général, Jens Stoltenberg, a assuré la Turquie de la «forte solidarité» de l’alliance face au «terrorisme». Les forces aériennes turques continuent leurs opérations aussi bien contre les jihadistes de l’Etat islamique (EI) que contre la guérilla kurde, ainsi que les arrestations. Plus d’un millier de personnes liées à l’EI ou au PKK ont déjà été appréhendées.

La guérilla kurde est-elle le principal objectif militaire d’Erdogan ?

Aux yeux d’Ankara, c’est une menace qui est au moins aussi dangereuse que celle représentée par l’EI. Dans une conférence de presse, l’homme fort de l’AKP, le parti au pouvoir depuis 2002, a relancé ses attaques contre les «terroristes» du PKK, clamant qu’il est «impossible» de continuer le processus de paix avec les Kurdes tant que les rebelles continuent à mener des attaques meurtrières contre les forces de sécurité turques. «Il est hors de question de reculer. C’est un long processus et il se poursuivra avec la même détermination», a-t-il insisté. Mais il a aussi implicitement menacé le Parti démocratique des peuples – le HDP –, vitrine politique du PKK qui s’est néanmoins ouverte à toutes les diversités et qui avait recueilli 13 % aux élections législatives du 7 juin. «Je suis personnellement hostile à l’interdiction des partis mais les leaders politiques doivent payer le prix de leurs liens avec des groupes terroristes», a martelé le Président, évoquant une levée d’immunité parlementaire des députés du HDP, voire une dissolution du parti. Bon nombre des partis prokurdes liés au PKK qui avaient précédé le HDP ont été interdits ces vingt-cinq dernières années, ce qui ne les empêchait pas de renaître sous un nouveau sigle. Ces mesures contre des élus du HDP aggraveraient notablement la tension, alors même que les incidents se multiplient aussi bien dans le Sud-Est à majorité kurde que dans les grandes villes de l’Ouest, où vivent de nombreux Kurdes. Les autorités semblent en fait vouloir intimider le HDP pour qu’il ne lance pas de mouvements de contestation contre les frappes visant le PKK. «Il doit choisir ou les armes ou la démocratie», a mis en garde le Premier ministre, Ahmet Davutoglu.

Le processus de paix entre Ankara et le PKK est-il mort ?

Washington, ravi de récupérer son grand allié, a soutenu les frappes turques contre le PKK, dont les combattants pourtant affrontent au sol en Syrie comme en Irak les jihadistes de l’EI. En revanche, les Européens, par la voix de la chancelière allemande, Angela Merkel, et de la chef de la diplomatie européenne, Federica Mogherini, ont appelé Ankara à ne pas mettre en péril le processus de paix avec la guérilla kurde, destiné à mettre fin à un conflit qui depuis 1984 a fait quelque 45 000 morts. Lancées par Erdogan à l’automne 2012, ces négociations d’abord secrètes, puis rendues publiques, avec Abdullah Ocalan, le leader historique du PKK condamné à la prison à vie en 1999, avaient été suivies en mars 2013 d’un appel à déposer les armes par le chef kurde. Depuis lors, les incidents armés étaient devenus très rares. Bien que moribond avec notamment les prises de positions très nationalistes d’Erdogan pendant la campagne électorale de juin, le processus de paix n’en résistait pas moins jusqu’à ce que le PKK, en représailles à l’attentat-suicide de Suruç de la semaine dernière (32 morts) mené par l’EI, ne revendique l’assassinat de deux policiers turcs. Les durs du PKK, notamment des commandants installés en Irak du Nord, sont ouvertement hostiles aux négociations avec Ankara. Ont-ils voulu torpiller ce processus ? Ont-ils été pris de court par l’ampleur de la réaction turque ? Les risques d’une reprise de la guerre kurde sont en tout cas bien réels et elle serait dévastatrice. Le pire, pourtant, n’est pas encore sûr. Abdullah Ocalan lui-même pourrait intervenir depuis sa prison de l’île d’Imrali, au large d’Istanbul, comme il l’a déjà fait plusieurs fois pour appuyer ces négociations dont il espère qu’elles aboutiront à terme à sa remise en liberté. Son prestige dans la population kurde reste très grand. Mais depuis trois mois, les autorités ont bloqué tout contact entre lui, ses avocats et les représentants des partis kurdes.

La Turquie s’engage-t-elle réellement contre l’EI ?

Il ne faut surtout pas sous-estimer la portée du tournant opéré par l’AKP qui a lancé des frappes contre le groupe Etat islamique et ouvert ses bases aux avions de la coalition. Mais il veut faire d’une pierre deux coups, voire trois. Premièrement, récupérer la confiance de ses alliés et en tout premier lieu des Américains, exaspérés par les ambiguïtés de ces derniers mois d’Ankara face à l’EI. Deuxièmement, créer une zone protégée dans le nord de la Syrie, au nord d’Alep, où pourraient s’installer les réfugiés et les populations civiles libres à l’abri des bombardements du régime comme des incursions de l’Etat islamique. Troisièmement, affaiblir le PKK aussi bien sur le plan militaire que sur le plan politique, mais surtout empêcher la création le long des 900 kilomètres de frontière d’un Kurdistan syrien contrôlé par le PYD, le parti frère du PKK. Et ces objectifs se recoupent.

Qu’est-ce que la zone protégée dont parlent Ankara et Washington ?

La «zone protégée» dans le nord de la Syrie, longue d’une centaine de kilomètres et profonde d’une cinquantaine de kilomètres, permettra à la fois de désenclaver Alep, encore à moitié occupé par les forces du régime, afin de faire de la seconde ville du pays la «capitale» de la Syrie libre et de ses institutions. «Le but est d’établir une zone libérée de l’EI et d’assurer la sécurité et la stabilité le long de la frontière», explique un haut responsable américain au New York Times. Ce n’est pas véritablement une zone d’exclusion aérienne, même si l’aviation turque ou alliée abattra tout appareil du régime, avion ou hélicoptère, menant des incursions dans cet espace. Ce n’est pas non plus formellement une «zone sous protection internationale» car il n’y a aucun mandat du Conseil de sécurité, le veto russe bloquerait toute résolution. Elle n’est pas pour autant illégale au regard du droit international : des organisations terroristes, à commencer par l’EI, mènent des attaques contre la Turquie depuis cette zone où Damas n’est plus en mesure de faire respecter son autorité. D’où la légitimité de la riposte turque. Mais l’instauration de cette zone en une région peuplée en majorité d’Arabes et de Turkmènes aura aussi pour effet de séparer le canton kurde d’Afrin, le plus à l’ouest, des autres cantons kurdes du nord de la Syrie.

A San Sebastian

Un colloque à San Sebastian, auquel j’ai assisté jeudi dernier, m’a donné envie de vous faire part de mes observations. C’est pourquoi je vous parlerai aujourd’hui, non de ce colloque-là (qui était au passage très sympathique à suivre), mais des événements de genre dans l’absolu. Pour commencer, je dois préciser une chose : je suis […]

Sex-Symbol : la bombe Jayne Mansfield

« Elle a quelque chose de plus », remarqua John Kennedy, désignant une affiche « Jayne Mansfield for President », à New York. En effet : la « bombe blonde » était capable de jouer du violon ou du piano, mais ce n’était (probablement) pas là le propos de JFK. Avec sa silhouette en forme de sablier, ses soupirs de chatte, ses poses suggestives et ses yeux langoureux, Jayne Mansfield fit rêver tous les pères de famille des années 1950 : elle pouvait prendre une douche sans se mouiller les pieds et servir un martini (ou deux) sur son décolleté.

Idole des camionneurs et des gays, caricature d’elle-même, la jeune femme se transforma peu à peu en personnage de cartoon, marchant à petits pas sur des mules à talons surélevés, et en inventant les « accidents vestimentaires » qui mettaient le feu aux joues de ses interlocuteurs et faisaient le bonheur des paparazzi.

D’un regard, elle pouvait transformer un digne parlementaire en bouffon bégayant ou modifier une virgule en point d’exclamation. Dans « la Blonde explosive », le film de Frank Tashlin, un livreur, tenant une bouteille de lait, la regarde : le lait se met à bouillir, et le bouchon saute.

Du rose, du rose, encore du rose

Elle se promenait dans une Cadillac rose, s’habillait en rose, avait une piscine rose, une fontaine rose et devant sa maison – toute rose – on ne comptait plus les carambolages (les automobilistes ralentissaient).

Dans les milieux du cinéma, on la jalousait (une célèbre photo avec Sophia Loren en dit long), et, chez les culturistes, on l’adorait (c’était réciproque).

Jayne Mansfield aurait voulu être considérée comme une actrice sérieuse – elle joua même dans une pièce d’Eugène O’Neill, « Mort d’un commis voyageur » –, un peu comme si Zahia était à l’affiche d' »En attendant Godot ». L’affaire fut néanmoins un succès : les spectateurs s’en foutaient du commis voyageur. Mais ils aimaient bien les scènes où l’actrice se penchait sur le bonhomme, c’est-à-dire souvent…

Les lycéens collectionnaient ses photos. Accusée de pervertir la saine jeunesse américaine, elle prétendait simplement que « la chasteté peut se soigner, à condition d’être prise à temps », et donnant ainsi tout son sens au mot « pin-up ».

De Miss Nuisette à Miss Autoroute…

Vera Jayne Palmer naît en 1933 à Bryn Mawr (Pennsylvanie), la ville la plus universitaire et la plus huppée des Etats-Unis, mais la petite fille est élevée à Dallas, la cité la plus bigote et la plus intolérante du pays. Son papa, avocat, victime d’une crise cardiaque rend son âme à Dieu, et sa maman, institutrice, se remarie rapidement. A 12 ans, la petite Jayne manifeste déjà de remarquables talents en collectionnant des petits cœurs en carton et, à 16 ans, découvre l’amour sur la banquette arrière d’une Oldsmobile.

Elle se marie à 17 ans, enceinte de trois mois. Les concours de beauté lui ouvrent la voie de Hollywood : elle est élue Miss Nuisette, Miss Pull-Over, Miss Le-Dernier-Pour-La-Route (je ne rigole pas), Miss Analgésine, Miss Contact électrique, Miss Station Service, Miss Autoroute, Miss Hot Dog, Miss Tomate du Texas, Miss Chihuahua (elle en achète quatre), et Miss Faites-moi-le plein (authentique)… Elle tente de poser pour des maillots de bain, mais ses courbes trop… courbes frisent l’attentat à la pudeur et la jeune fille est refusée. A l’époque, on ne plaisantait pas avec la morale.

« Female Jungle »

L’Amérique des fifties, obsédée par le sexe, est encagée par les ligues de décence, les comités contre la perversion, les associations de promotion du puritanisme. Et puis d’autres starlettes blondes et craquantes font leur apparition : Diana Dors, Anita Ekberg, Mamie Van Doren, Marilyn Monroe… Pour les fêtes de fin d’année, Jayne Mansfield se balade en costume de Père Noël. Les gosses aiment bien. Les papas adorent. Les mamans, pas du tout. Mais  » Playboy » interviewe Jayne et celle-ci joue dans un film au titre éloquent : « Female Jungle ». C’est un nanar, elle en fera d’autres. Elle fait aussi des enfants, cinq au total.

Côté vie privée, c’est dense

C’est là que les choses se compliquent. Au cinéma, c’est simple : à part un ou deux films sympas (dont « la Blonde et moi » et « le Cambrioleur »), le reste est assez oubliable. En revanche, côté vie privée, c’est dense : Jayne Mansfield se marie avec l’un des bodybuilders de Mae West, Mike Hargitay, qui se met à la cogner. Elle se jette dans les bras d’Enrico Bomba, un producteur italien au profil de mafioso (« Il me fait l’amour comme une bête »). Il la brutalise un peu. Elle tombe amoureuse de Nelson Sardelli, un chanteur brésilien. Il la maltraite.

Elle se remarie avec Matt Cimber, un metteur en scène de théâtre qui adapte Jean Cocteau. Elle le trompe avec l’acteur Sergio Villagrán, l’acteur de « Los secretos del sexo débil » (tout un programme).

Entre-temps, elle a quelques amants connus, qu’elle fait défiler selon le système des portes tournantes : Oleg Cassini (grand couturier), Steve Cochran (acteur), Tommy Noonan (acteur), Nicholas Ray (réalisateur), Robby Robertson (pilote), Porfirio Rubirosa (playboy), Douglas Olivares (étudiant vénézuélien), Stephen Vlabovitch (bedeau), Raymond Strait (attaché de presse), Greg Bautzer (avocat marron).

Simultanément, elle se convertit au catholicisme, puis au judaïsme, flirte avec le bouddhisme, s’affilie à une secte sataniste, adopte des caniches qu’elle fait teindre en rose.

Elle sombre : alcool, pilules, came

A 30 ans, après cinq grossesses, Jayne Mansfield n’a plus les mêmes arguments de vente. Elle accepte des films imbéciles : « Les Amours d’Hercule », « la Blonde et les nus de Soho », « la Môme aux dollars » et « Mondo Balordo ». Elle sombre : alcool, pilules, came. Elle fait des tournées dans des strip-clubs de province : le Plantation Super à Greensboro (Caroline du Nord) ; le Iroquois Gardens à Louisville (Kentucky).

Minable. Elle joue dans des sitcoms à la télé, lit des poèmes dans des talk-shows, se vante de ses mensurations (117 centimètres de tour de poitrine), enregistre des disques (dont l’inoubliable « Shakespeare, Tchaikovsky & Me »), fait de la publicité pour une marque de champagne (rose, of course). En juin 1967, elle a un engagement dans une boîte de Biloxi, (Mississippi). Elle prend la route dans sa Buick Electra, direction La Nouvelle-Orléans. A deux heures du matin, la décapotable s’encastre sous un tracteur. Jayne Mansfield, le chauffeur et l’amant sont tués. Les enfants, sur la banquette arrière, sont indemnes. Elle avait 34 ans.

Peu avant sa mort, le révérend Billy Graham, le curé le plus avide de publicité des Etats-Unis, avait déploré la notoriété de pareille tentatrice :

Il est lamentable que les hommes connaissent mieux les mensurations de cette dame que le Deuxième Commandement ! »

Jayne Mansfield avait répondu :

Les hommes ? Ce sont des créatures avec deux jambes et huit mains. »

François Forestier

La semaine prochaine, dans  » Sex Symbol » : Rock Hudson.

GRAND FORMAT. Oran par Kamel Daoud

L' Obs

Par L’ Obs

Voir tous ses articles

Publié le 26-07-2015 à 17h15

A+A-

Le photographe Ferhat Bouda est parti à Oran, sur les traces de l’écrivain et journaliste Kamel Daoud, prix Goncourt 2015 du premier roman pour « Meursault,

contre-enquête », miroir de « l’Etranger » de Camus.

L’intellectuel algérien, grand défenseur des libertés, sous le coup d’une fatwa depuis décembre 2014, a accepté de commenter pour « l’Obs » ces images.

Un regard engagé, poétique et politique sur sa ville.

A Reims, emballement après l’agression d’une jeune fille en maillot de bain

La violence de la scène est incontestable, ses circonstances sont, elles, d’abord restées troubles. Dans un article publié samedi, l’Union de Reims (Marne) affirme que le mercredi précédent, une jeune femme de 21 ans a été lynchée par cinq autres, âgés de 16 à 24 ans, au motif qu’elle bronzait en maillot de bain dans le parc Léo Lagrange. D’autant plus explosif que selon le récit publié samedi, une des jeunes filles se serait approchée pour reprocher à la victime sa tenue contraire à «sa morale et ses mœurs». Et voyant que la jeune femme ne comptait pas se rhabiller, le reste de la bande a alors été appelé en renfort pour la rouer de coups. Des témoins se seraient alors interposés. Transportée au CHU de Reims, la victime s’est vue prescrire quatre jours d’ITT (incapacité totale de travail).

Mais dimanche à 10 h 30, le journal met discrèetement à jour son article, précisant l’avoir publié la veille «sans connaître les motivations précises de l’agression»: «on ignore les propos tenus par les jeunes filles qui ont molesté la victime.» Premier trouble. D’autant que samedi dans la nuit, sur Facebook, une personne se présentant comme une des agresseuses présumées conteste la date des faits et en livre une autre version: «il n’a jamais été question de tout ce qui est écrit», assure-t-elle, ajoutant qu’elle a pour sa part fait l’objet de 10 jours d’ITT. «Je n’ai fait que séparer et c’est moi qui me suis fait agresser», explique cette jeune femme, évacuant les accusations d’agression à caractère religieux – «non mais allô, faut tout simplement arrêter de raconter de la merde».

Et dimanche après-midi, loin de confirmer le «discours de police religieuse» prêté la veille par l’Union à l’auteure principale présumée de l’agression, le parquet de Reims affirme que «ni la victime ni les auteures des coups n’ont fait état, lors des auditions, d’un mobile religieux ou d’un mobile moral qui aurait déclenché l’altercation». «C’est une altercation entre jeunes filles qui dégénère après qu’une des auteures de l’agression a dit: «Allez vous rhabiller, ce n’est pas l’été», a précisé  à l’AFP la commissaire de permanence, Julie Galisson. Une des femmes ainsi interpellée ne s’est pas laissée faire et cela a dégénéré en violences.» 

Contactée par BuzzFeed France, une des cinq filles mises en cause, âgée de 19 ans, raconte: «J’étais en effet avec trois amies et ma petite sœur mercredi vers 16h30, quand nous sommes allées au parc Léo Lagrange. Nous sommes passées devant trois filles en maillot de bain et j’ai juste dit à ma copine que si c’était moi, je n’oserais pas me mettre dans cette tenue. Mais j’ai dit ça car je suis complexée, absolument pas pour des questions religieuses ou morales. Je suis musulmane oui, mais tolérante». Elle réfute ensuite tout «lynchage»: «Lorsque l’une des trois filles m’a entendue parler, elle m’a interpellée pour me dire qu‘«avec mon physique, elle comprenait que je n’ose pas me mettre en maillot». Elle a également dit que j’étais grosse. Je suis allée vers elle pour lui donner une gifle, puis elle s’est battue avec mon amie. À partir de là, j’ai tout fait pour les séparer. Elles se sont battues seulement toutes les deux, avant que des témoins puis un policier en civil ne s’interposent.»

Vives réactions

Dimanche, le maire LR de la ville, Arnaud Robinet, dénonçant «la bêtise humaine» de cet acte, a pris soin de juger «intolérable de stigmatiser une communauté ou une autre pour un acte commis par quelques-uns et sans connaître le fond de cette affaire.» Il faut dire que malgré la confusion, les réactions enflammées s’étaient multipliées. Samedi 17h30, l’émotion montant, Robinet commence par diffuser l’article de l’Union, accompagné du commentaire: «Intolérable sur notre territoire. Je condamne fermement cette agression». Au même moment, dans la «fachosphère», on s’en donne à cœur joie sur le thème du «laboratoire de la charia» tel le mariniste Karim Ouchikh, patron du SIEL, ou de «la charia en bas de chez soi» comme le sénateur FN, Stéphane Ravier. A droite, le député des Alpes-Maritimes Eric Ciotti entonne un refrain similaire, fustigeant dès samedi une attaque de «notre» «mode de vie»:

Agression inacceptable par laquelle on veut nous imposer un mode de vie qui n’est pas le notre. Intransigeance ! https://t.co/OG57jhBesD

— Eric Ciotti ن (@ECiotti) 25 Juillet 2015

Intolérance, dimension religieuse ou bêtise crasse ?

Dimanche matin, c’est donc un Robinet en mode on calme le jeu, qui déclare : «Il semble qu’il n’y ait pas d’argument religieux à cette agression», précisant que «toutefois, pour la population rémoise, cette agression est prise comme telle.» L’Union ne laissait en effet que peu de place au doute. Appelant «à ne pas tomber dans un amalgame» sans avoir les résultats de l’enquête, le maire de Reims prêche dans le désert. Dimanche midi, SOS Racisme Reims organise un (micro) rassemblement en maillots de bain dans le parc Léo Lagrange. Sur Twitter, Nadine Morano (LR) tweete, elle, une photo de Bardot en bikini (comme l’été dernier quand elle avait flashé une femme voilée sur la plage). Florian Philippot (FN), qui était justement chez Bardot récemment, estime dans le même ton que la jeune femme a été lynchée pour sa façon de vivre «à la française». Sur Twitter, le hashtag #jeportemonmaillotauparcleo cartonne, attirant pêle-mêle des messages de sympathie pour la victime, minoritaires, des commentaires sexistes, en nombre, et aussi un flot de sentences xénophobes.

Oui j’appelle à l’apaisement car personnes ne connaît le fond de cette affaire. Laissons la justice et la police faire leur travail. (2)

— Arnaud Robinet (@ArnaudRobinet) 26 Juillet 2015

La plus jeune mise en cause, 16 ans, a fait l’objet d’une convocation devant le délégué du procureur tandis que l’auteure principale, 17 ans, a été placée sous le statut de témoin assisté – décision dont le parquet a fait appel. Les trois autres, majeures, comparaîtront le 24 septembre pour «violences en réunion» devant le tribunal correctionnel. Il reviendra alors au juge de faire la part des choses entre intolérance, bêtise crasse et dimension religieuse. Sans écarter, même, une rixe aux ressorts plus banals. L’un n’excluant d’ailleurs pas les autres.

Sous les draps de la Chinafrique

L’offensive chinoise est un fait majeur dans l’économie africaine. Au quotidien, le marché hôtelier constitue pour le voyageur l’un des principaux marqueurs de cette réalité.

Une capitale d’Afrique francophone, été 2015.

La présence chinoise, de plus en plus importante – BTP, hôtellerie et quincaillerie au premier chef – semble ne pas être affectée par les récents événements politiques de la capitale. Ou plutôt elle semble, comme dans de nombreux pays d’Afrique, préférer les ignorer. On continue à traiter business comme partout ailleurs. Désormais, les négociants français sont les derniers à parfois souffrir un barrage de la langue en Afrique francophone : leurs interlocuteurs chinois leur proposent assez rapidement l’anglais – mais disposent finalement toujours d’un responsable qui amorce ou aboutit, suivant les nécessités, les négociations en français.

Comme dans de nombreux hôtels ou restaurants chinois en Afrique, le décorum semble immuable : lampions rouges à l’entrée, carrelage au sol dont le rapport qualité-prix laisse deviner la rapidité de construction et la standardisation qui a présidé aux travaux, fresque orientalisante sur les murs aux motifs pseudo-traditionnels, chaises industrielles en faux bois laqué… La cuisine de l’hôtel cherche à peine à offrir quotidiennement autre chose que des plats chinois. Rapport qualité-prix garanti face aux restaurants de cuisine occidentale. Mais si loin des «maquis» dont l’existence ne semble même pas effleurer les gérants chinois de ces hôtels-restaurants. Le buffet chinois est même devenu, dans certains restaurants d’hôtel, une attraction «à volonté» certains soirs de la semaine dans certaines capitales africaines.

L’hôtel est un huis-clos volontaire et recherché. De la chambre au restaurant, en passant par le salon du hall où s’effectuent des négociations jusqu’aux loisirs : tout est fait pour assumer une vie «insulaire». Dans le périmètre des murs de l’hôtel, parmi l’archipel des bâtiments, l’un d’entre eux le casino. Dans la salle de jeux comme au restaurant, les croupiers comme les serveurs sont des Africains dirigés par un Chinois ; les clients sont presque exclusivement des Chinois et des Occidentaux – à l’exception d’un ou autre invité Africain qui accompagne souvent des Occidentaux ou plus rarement des Chinois. Cette sociologie renforce le sentiment d’une sorte de «gated community» érigée au sein de l’hôtel.

A l’entrée des hôtels comme dans les rues, on peut croiser en quelques minutes des dizaines de petits moto chinoises qui noient désormais le marché des transports, inventant quasi-littéralement un marché du transport urbain en deux-roues.

La communauté chinoise s’ancre efficacement dans la capitale : le nombre d’hôtel au nom chinois se multiplie ; plusieurs d’entre eux offrent un espace privilégié d’hébergement de membres de la communauté.

En s’égarant dans certaines zones d’hôtel, on découvre des portes pas comme les autres. Le système général est le même que pour les autres chambres : la porte proprement dite est précédée d’une grille. Sauf que les portes et les grilles apparaissent de meilleurs qualité, plus neuves, plus solides, et qu’elles se distinguent surtout par des motifs chinois sur les ferronneries ou autour des judas.

Pour les plus distraits, un rapide zapping des chaînes télévisées suffit à rappeler cette évolution : CCTV4, l’emblématique chaîne chinoise, fait ici jeu égal avec Canal+, TV5 Monde Afrique, France 24 et Al Jezeera. Aucune d’entre elle n’est sous-titrée. La chaîne nationale est noyée face à cette concurrence et les chaînes privées du pays peinent à être trouvées : au fond, seule la diffusion satellitaire de la RTS rappelle la place des médias TV africains… alors que Dakar est distant de plusieurs milliers de kilomètres, si loin de ce poste de télévision et inconnu de l’essentiel des habitants de cette capitale.

Avis aux lecteurs-voyageurs : cette description est inspirée d’un authentique hôtel chinois, où ont été prises les photos. Africa4 vous invite à identifier ce lieu. Un indice (peu connu) : l’hôtel est tenu par des Chinois de Taïwan et non des Chinois du régime de Pékin.

Ingrid Sischy, fin de revue

C’était l’un des noms les plus connus du journalisme lifestyle, une figure de la presse anglo-saxonne, une personnalité mondaine au look unique, une esthète qui avait décidé de s’amuser dans le bac à sable de la comédie sociale: Ingrid Sischy est morte vendredi à New York d’un cancer du sein. Elle avait 63 ans.

Petite, ronde, les yeux toujours cerclés de grosses lunettes, Ingrid Sischy traînait son esprit vif et acéré dans les vernissages, défilés de mode, principalement à New York dont elle était une des figures mais également en Europe. Elle était née à Johannesburg et avait grandi en Ecosse. Après l’université, elle intègre le monde de l’art, travaille pour des éditeurs, et, de 1979 à la fin des années 80, est la tête d’ArtForum, le magazine-bible du milieu. En 1982, elle fait sensation avec une photo de mode en couverture de la revue d’art, provoquant l’effroi des puristes et l’admiration de ceux qui anticipent déjà le grand brouillement des genres. Elle devient amie avec Mapplethorpe, Basquiat et tant d’autres. En octobre 1986, le New Yorker (auquel elle collaborera longuement) la qualifie de «fille du Zeitgeist».

Mais si le nom d’Ingrid Sischy évoque autant le New York de la splendeur des 80s, c’est qu’elle fut à la tête de la revue la plus adaptée à l’époque. En 1988, elle prend les rênes du magazine Interview, fondé par Andy Warhol en 1969. Le pape pop est mort l’année précédente, à Sischy la tâche de relancer la publication. Le résultat sera exceptionnel, explosant les chiffres de vente, les pages accueillant la mutation de la contre-culture vers l’ère de la célébrité. L’Interview warholien était glamour, mais c’était un glamour de l’entre-soi ; Sischy parvient à dessiner un glamour plus appréhensible de tous.

Interview est la propriété de Brant publications. Les échotiers new-yorkais se délectent, au milieu des années 90, du couple que forme Sischy et Sandra Brant, l’épouse du PDG du groupe. A partir de la fin des années 90, Sischy collabore à Vanity Fair, et en deviendra ensuite «International» avec sa compagne, travaillant sur les diverses éditions de la revue.

Dans un billet publié sur le site de Vanity Fair, Anne Boulay, rédactrice en chef de l’édition hexagonale, écrit: «Grâce à elles, les lecteurs français ont eu un accès inédit aux coulisses de Hollywood. D’ailleurs, c’est Ingrid qui a signé la première cover story de la version française de Vanity Fair, faisant de Scarlett Johansson la plus parisienne des stars américaines. C’est à elle aussi que l’on doit l’inoubliable confession de John Galliano, l’intimité de Jeff Koons, les confidences de Kristen Stewart et, tout récemment, celles d’Anjelica Huston.»

De Cuba à la Corée du Nord : cinq vidéos à voir cette semaine

Les cinq étapes du dégel des relations entre Cuba et les Etats-Unis, les déplacements de Nicolas Sarkozy à l’étranger et cinq groupes et chanteurs nord-coréens qui font l’éloge de leur pays et de leur dirigeant. Les vidéos à ne pas manquer cette semaine.

Lundi, Cuba et les Etats-Unis

Les Etats-Unis et Cuba ont officiellement rouvert leurs ambassades lundi. Une première depuis cinquante-quatre ans, qui concrétise le dégel des relations entre les deux pays du continent américain. Depuis décembre 2014, les gestes des Etats-Unis envers l’île castriste se sont multipliés. Barack Obama, le président américain, et son homologue cubain, Raul Castro, avaient simultanément pris la parole le 17 décembre 2014 pour annoncer une normalisation de leurs relations ainsi que la libération de prisonniers. Avec l’ouverture des ambassades, une nouvelle étape est franchie. Mais la question de l’embargo américain contre Cuba reste au cœur des négociations pour arriver à une véritable entente entre les deux pays. Retour en images sur cinq moments-clés du dégel des relations entre La Havane et Washington.

Mardi, Sarkozy

Le président du parti Les Républicains (LR) est le champion des déplacements officiels. Tunisie, Maroc, Israël… En seulement cinq mois, Nicolas Sarkozy s’est rendu à de nombreuses reprises à l’étranger. Des voyages dont la fréquence s’est accélérée ces dernières semaines, le dernier datant de lundi, à Tunis, où il s’est attiré les foudres des Algériens après un dérapage remarqué. Outre les polémiques, c’est surtout son attitude qui intrigue. L’ex-président de la République n’hésite d’ailleurs pas à rencontrer ses anciens homologues en marge de ses conférences, comme s’il occupait encore son poste à la tête de l’Etat.

Mercredi, le décès d’une jeune noire

Sandra Bland est morte le 13 juillet, étouffée dans sa cellule à l’aide d’un sac plastique. Cette jeune femme noire était incarcérée depuis trois jours à Naperville, au Texas, pour avoir oublié son clignotant. Sa famille refuse la thèse du suicide, avancée par les policiers. Une enquête, confiée au FBI, a été ouverte, concluant finalement à un suicide. Pour se justifier, la police avait diffusé une vidéo de l’arrestation, reprise par les chaînes de télévision américaines. Mais toutes n’ont pas traité le sujet de la même manière, évitant notamment de mentionner le fait que Sandra Bland était noire. 

Jeudi, des politiques sur le Tour

Nicolas Sarkozy a fait son retour jeudi sur les routes du Tour de France. Après une arrivée discrète en hélicoptère, il a rejoint le directeur de la course, Christian Prudhomme, pour suivre la fin de l’étape dans sa voiture. Tradition oblige, François Hollande s’est lui aussi rendu sur la Grande boucle le 16 juillet dernier. Mais les chefs d’Etat et anciens présidents de la République ne sont pas les seuls à arpenter les routes du Tour. Manuel Valls, Christian Estrosi ou encore Patrick Kanner ont eux aussi encouragé les cyclistes cette année.

Vendredi, en Corée du Nord

En Corée du Nord, le girls band Moranbong Band, fondé en 2012 par et pour Kim Jong-un, fait un carton. La plupart de leurs chansons sont des éloges du dirigeant nord-coréen et chantent les valeurs du pays. Un succès qui n’est pas le premier. Dès la fin des années 70, le groupe Wangjaesan Troupe reprenait le répertoire socialiste sur scène. En voici cinq exemples.

A propos

FRANCE MEETINGS EST UN PETIT BLOG SANS PRÉTENTION SUR LE BEAU PAYS QU'EST LA FRANCE. C'EST DE L'ACTU, DE LA CULTURE, DE LA POLITIQUE, DE L'ECONOMIE... TOUT SUR LA FRANCE.